Bandol et Sanary-sur-Mer

English translation below.

J’ai eu de la chance de passer deux semaines avec ma famille française dans le sud de la France. Nous sommes restés dans une maison de vacances à Sanary-sur-Mer (mais nous étions plus proche du centre de Bandol que Sanary) et le jardin a offert une vue merveilleuse de la mer, ce que vous pouvez voir ci-dessuos. Dans le fond est la Baie de Bandol et l’Île de Bendor, une des îles que le chef d’entreprise et entrepreneur français, Paul Ricard a acheté, dont je vais parler un peu plus tard.

Puisque nous étions en vacances, nous avons passé la plupart de temps à nous détendre dans la terrasse ou nous baigner dans la piscine. La canicule est arrivée encore la deuxième semaine de notre séjour donc il était plus difficile de sortir. Cela dit, pendant ces jours-là à la maison j’ai appris comment jouer à la pétanque. L’objectif est simple : faire rouler ses boules (qui est normalement en métal mais peuvent être en bois ou en plastique pour des enfants) plus près du but (une plus petite boule en bois qui ma famille française a nommé ‘cochonnet’) que son adversaire. J’ai découvert plus tard que ce jeu de boule, originaire de France, est l’un des jeus de boules les plus populaires qui existe.

Même quand je me détends je préfère faire quelque chose en même temps. Je me suis rendu compte que je ne sais pas comment me faire bronzer sur une plage ou m’allonger sur une chaise longue pendant plus de diz minutes ; je m’ennuie vite et je me sens moins relaxée. Peut-être j’ai développé une habitude malsaine pour toujours être productive à cause de l’université donc si je dois faire quelque chose j’essaie de choisir des activités plus relaxantes comme la lecture.

Nous étions à 10 minutes à pied des plages, donc si nous n’étions pas chez nous, nous étions là-bas. J’ai toujours dit que je préfère les plages avec du sable blanc mais pendant mon séjour à Sanary, j’ai découvert une forte admiration pour les plages de galets. Vu qu’on ne peut pas courir sur les cailloux, l’ambiance est plus calme et aussi on peut apprécier plus la mer parce qu’il n’y a pas de sable qui l’obscurcit. J’ai pris quelque temps pour me tenir debout sur le côté pour profiter de la sensation de l’eau fraîche sur mes pieds et regarder les vagues coulent par-dessus les galets.

Aux plages on peut regarder aussi le coucher du soleil. Le ciel était toujours clair donc chaque nuit nous avions la vue parfaite pour regarder le passer du bleu saphir au rouge ardent

Le port de Sanary-sur-Mer était l’un des endroits qui m’a plu le plus dans le sud de la France. En effet il m’a rappelé de ma ville, Bangor, et les bateaux colorés dans le port ajoutaient du charme à cette station balnéaire.

Chaque matin il y a un petit marché pour faire les courses et le mercredi arrive le grand marché qui offre plus de 320 exposants, vendant tout de fruits, légumes, poissons, pain et produits de boucherie à vêtements, meubles, bijoux, jouets et œuvres d’art. Le soir pendant l’été il y a aussi le marché nocturne qui, moins grand que le marché du mercredi, est plus paisible et on peut entendre un bourdonnement de curiosité et d’enthousiasme.

Si vous aimez faire du shopping, Bandol et Sanary tous les deux offrent des magasins et des boutiques où on peut trouver beaucoup d’articles provençaux. J’ai passé trop de temps dans ‘Les Savonneries du Soleil’ à Bandol où il y a un mur dédié aux étagères de différents savons, comme un arc-en-ciel en briques aromatisées. On peut choisir entre des odeurs, tels que les fruits, les herbes de Provence, les plantes et même le popcorn et il y a aussi un vaste choix de bougies, parfums et d’autres articles pour la salle de bain.

Sanary-sur-Mer est aussi un endroit idéal pour regarder les joutes provençales, ouvertes aux enfants et aux adultes qui veulent essayer. Effectivement c’est un combat sur l’eau entre deux personnes. Chacun sur une plate-forme surélevée d’un bateau, ils doivent envoyer son adversaire à l’eau au moyen d’une lance. A mon avis c’est un sport très amusant (à regarder, ne pas jouer moi-même).

De plus il y a beaucoup d’îles à explorer dans le sud de la France et un jour nous avons pris un bateau pour aller à l’Île des Embiez. C’est l’autre île que Paul Ricard a achetée et c’est où on peut trouver sa tombe. Grâce aux panneaux d’informations dédiés au createur de la boisson alcoolisée le pastis Ricard, on peut apprendre sur Ricard, sa vie, et comment son entreprise a rejoint son concurrent Pernod pour créer Pernod Ricard, co-leader mondial de la distribution de vins et spiritueux.

Suite à la découverte de cet homme, nous somme piqueniqués, puis nous avons visité l’Institut océanographique Paul Ricard, qui est un institut de recherche en biologie marine ainsi qu’un musée et un aquarium. Étant une personne passionnée d’étymologie, c’était fascinant d’apprendre que ‘hippo’ (comme hippocampe et hippopotame) est le mot grec pour ‘cheval’, alors que campe et potame viennent respectivement des mots grecs ‘monstre’ et ‘rivière’.

Avant de retourner à Sanary-sur-Mer, nous nous sommes baladés dans une partie de l’île et nous avons profité de belles vues autour de nous.

Une soirée nous avons décidé de voyager un peu plus loin de la maison et dans une heure nous nous sommes trouvés à Cassis, très connu pour des plages de galets, des falaises impressionnantes et des calanques (des criques entourées de rochers calcaires). Ce port de pêche est dominé par un château vieux de plusieurs siècles et je regrette de ne pas avoir mon portable pour avoir pu prendre une photo.

Typique à l’endroit, nous avons mangé dans un restaurant de fruits de mer. Pendant le repas, des anglophones sont arrivés pour manger là aussi. Toujours trop curieuse, je les ai écouté et je me suis rendu compte qu’ils étaient en fait d’Irlande du Nord (on ne peut pas comprendre à tort la prononciation de now et l’usage de yous) ! Je l’ai trouvé amusant de me cacher entre des Français, comme si j’étais aussi de la France.

Le dernier jour dans le sud de la France, nous avons visité le Castellet, un vieux village idyllique, perché au bord d’une falaise, où les chemins sont pavés et pentus et les vues sont incroyables. C’était mon autre endroit préféré. En plus des boutiques qui vendait du savon, des robes et des cigales artisanales, nous avons trouvé une boutique qui offrait une variété colorée de sels et d’épices de la région. L’architecture protégée du village et les paysages environnants m’ont transporté à un époque où la vie était plus simple et je me sentais vraiment en paix.

Nous avons eu aussi de la chance de voir la foudre frapper les champs en bas à Castellet. C’était à la fois incroyable et effrayant.

Mon séjour dans le sud de la France m’a beaucoup plus et j’espère découvrir plus du sud dans l’avenir. Cela dit, les cigales et les moustiques ne vont pas me manquer ; mais les vues et l’ambiance, sans doute.

English Translation:

I was lucky enough to spend two weeks with my French famille in the south of France. We stayed in a holiday home in Sanary-sur-Mer (but we were closer to the centre of Bandol than Sanary) and the garden offered a spectacular view of the sea, which you can see below. In the background is Bandol Bay and Bendor Island, one of the islands which French entrepreneur Paul Ricard bought, who I’m going to talk about a bit later.

Since we were on holiday, we spent most of the time relaxing on the terrace or bathing in the pool. The heatwave came back again during the second week of our stay so it became more difficult to go out. That said, during those days at the home I did learn how to play Pétanque. The aim is simple: roll the balls (which are normally metal but can be made from wood or plastic for children) closer to the jack (a smaller ball which my French family called the ‘piglet’) than your opponent. I discovered later that this ball game, originally from France, is one of the most popular ball games that exists.

Even when I’m relaxing, I prefer to be doing something at the same time. I’ve realised that I don’t know how to tan on the beach or lie on a sun lounger for more than ten minutes; I get bored quickly and I feel myself becoming less relaxed. Perhaps because of university I’ve developed an unhealthy habit to always being productive, so if I have to do something, I try to choose more relaxing activities like reading.

We were ten minutes on foot from the beaches so if we weren’t at home we were there. I’ve always said I prefer beaches with white sand but during my stay in Sanary I fell in love with pebble beaches. As you can’t run on the pebbles, the ambiance there is calmer, and you can also appreciate the sea more because there isn’t any sand there to cloud it. I took some time to stand at the shore, enjoying the feel of cold water on my toes and watching the waves tumble over the rocks.

From the beaches you can also watch the sunset. The sky was always clear, and so every night we had the perfect view to watch it change from sapphire blue to fiery red.

The port of Sanary-sur-Mer was one of the places which I liked the most in the south of France. In fact, it reminded me of my town, Bangor, and the colourful boats in the port added to the charm of this seaside resort.

Every morning there is a small market for grocery shopping and Wednesdays is the main market which offers more than 320 stalls selling everything from fruit, vegetables, fish, bread and meat to clothes, furniture, jewellery, games and artwork. During the summer evenings there is also a night market which, smaller than the Wednesday market, is somewhat more peaceful and yet you can still hear a buzz of excitement and curiosity.

If you liked shopping, Bandol and Sanary both offer shops and boutiques where you can find many Provençal products. I spent far too long in ‘Les Savonneries du Soleil’ in Bandol where there is an entire wall of shelves holding a variety of soaps, like a rainbow made of aromatised bricks. You can choose from scents such as fruits, Provençal herbs, plants and even popcorn, and there is also a wide choice of candles, perfumes and other bathroom items.

Sanary is also an ideal place to watch Provençal jousting, open to adults and children who want to try it. Essentially, it’s a combat on water between two people. With each person on a raised platform of a boat, they must try to send their opponent in the water with a lance. Personally, I think it’s a very entertaining sport (to watch, not to play myself).

Furthermore, there are many islands to explore in the south of France and one day we took a boat to Embiez Island. This is the other island which Paul Ricard bought and it’s where you can find his tomb. Thanks to the information boards dedicated to the creator of the alcoholic drink Pastis, you can learn about Ricard, his life and how his business joined with his competitor, Pernod, to create Pernod Ricard, the world’s second largest wine and spirits seller.

Following the discovery of this man, we had a picnic and then visited the Paul Ricard Oceanography Institute which does marine biology research and is also a museum and an aquarium. As someone passionate about etymology, I was fascinated to learn that ‘hippo’ (as in hippopotamus’) is the Greek word for ‘horse’, whilst ‘potamus’ comes from the Greek word for ‘river’. This thus explains the French word for seahorse: hippocampe (campe being the Greek word for ‘monster’).

Before returning to Sanary-sur-Mer, we went for a walk around a part of the island and took in the beautiful views surrounding us.

One evening, we decided to travel a bit further from the house and, within an hour, we arrived at Cassis, known for its pebble beaches, impressive cliffs and its calanques (sheltered inlets surrounded by limestones rocks). This fishing port is overlooked a centuries-old castle and I regret not having my phone at the time to have been able to take a photo.

Typical to the area, we ate in a seafood restaurant. During the meal, some English speakers arrived to eat there too. Ever nosey, I listened to their conversation and realised that they were from Northern Ireland (you can’t mistake the pronunciation of ‘now’ and the use of ‘yous’)! I found it amusing to be hiding myself amongst French people, as if I too was from France.

During our last day in the south of France, we visited Castellet, an old, idyllic village, perched on the edge of a cliff, where the paths are steep and cobbled and the views are incredible. This was my other favourite place. In addition to boutiques selling soap, dresses and hand-made cicadas, we found a wee shop offering a colourful variety of salts and spices from the region. The protected architecture of the village and the surrounding landscapes transported me back to a time where life was simpler, and I felt very much at peace.

We were also lucky enough to see lightning strike the fields below us in Castellet. It was both incredible and terrifying.

I thoroughly enjoyed my stay in the south of France, and I hope to discover more of it in the future. That said, I shan’t miss the cicadas and the mosquitos; the views and the ambience, however, without a doubt.

One thought on “Bandol et Sanary-sur-Mer

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s