A Day in the Life of an Au Pair

English translation below.

Je voudrais commencer cet article en disant que la vie d’une jeune fille au pair n’est pas une promenade de santé. Je n’ai pas pensé qu’il serait facile mais j’ai peut-être sous-estimé le rôle que j’entreprenais. Les enfants sont exigeants et fatiguants. Peut-être c’était un choc pour moi car j’étais un enfant réservée. Cela dit, j’ai 4 soeurs, donc cela n’a pas dû être facile pour mes parents non plus.

Cependant, je suis venue ici pour gagner de l’expérience avec des enfants et je n’apprendrais rien si c’était facile. Quand on fait face à un défi, il faut qu’on s’adapte pour le surmonter. C’est ainsi qu’on développe ses compétences et progresse en tant que personne.

Il y a beaucoup de personnes qui pensent à devenir au pair mais ne savent pas ce que cela consiste. J’ai ainsi décidé de raconter un exemple d’un jour typique chez ma famille française pour donner une idée du travail, de la résponsabilité et du style de vie d’un au pair. Bien sûr, aucun jour n’est pareil : parfois nous faisons une excursion pendant une journée et nous étions en vacances dans le sud de la France pendant deux semaines. Il faut se rappeler aussi que chaque expérience est différente ; des familles suivent leurs propres routines et ont leurs propres attentres pour un au pair. Toutefois, j’espère rendre le rôle moins ambigu pour ceux qui savent pas quoi attendre.

Je reste avec une famille de quatre : un père, une mère, une fille de sept ans et un garçon de six ans (dont le sixième anniversaire nous avons fêté au début d’aôut). Pour respecter la vie privée de la famille je vais me référer à eux comme cela. Ils habitent dans une assez grande maison avec un jardin, dans une petite rue où tous les voisins font partie de la même famille et ils sont très gentils. Comme j’ai expliqué dans mon article sur la commune, Saint-Rémy-sur-Durolle, nous sommes vraiment dans la campagne mais à dix minutes à pied du centre du village, dans lequel il y a une épicerie, une boulangerie, etc. et à 40 minutes en voiture de la grand ville la plus proche, Clermont-Ferrand.

Normalement nous nous reveillons entre 7 et 8 heures et nous mangeons toute de suite le petit-déjeuner qui se compose de pains au lait, Cracotte, biscottes, et pain de la veille. Ils sont servis avec du beurre, de la confiture fait maison, du miel ou du cacao et nous prenons une boisson chaude comme du café ou du thé ou une boisson froide, telle que du lait, du jus de fruit ou de l’eau.

Après de manger et ranger la table, nous nous habillons et quelque fois j’aide les petits à trouver une tenue ou la fille me demande que je lui fasse une tresse. Les parents travaillent normalement pendant la semaine donc je suis seule avec les enfants jusqu’au soir (j’ai du temps pour moi quelques mercredis et le week-end, à moins que la famille n’ait prévu de faire quelque chose ensemble). Quand nous sommes prêts pour la journée, je sors les vélos avec les enfants et nous allons tous les trois à acheter du pain de la boulangerie. S’ils ont en envie, on fait un tour du plan d’eau. Vers cette heure deux jours par semaine, la femme du ménage, qui est très gentille et proche de la famille, arrive pour faire son travail. Grâce à elle, il ne faut pas que je fasse beaucoup de ménage et donc j’ai plus de temp pour m’occuper des enfants. Au plus, je range la table après de manger, je charge et décharge le lave-vaisselle (ou je fais la vaiselle), j’aide avec le linge et je range les jouets. Quelque fois je passe aussi l’aspirateur dans la cuisine ou je change les draps de lit des petits.

Quand nous rentrons, s’il fait beau, nous jouons dans le jardin. Le garçon aime jouer dans le bac à sable et parfois la fille fait semblant de gérer un magasin ou un restaurant et je suis cliente (si jamais j’avais peur de commander dans un restaurant français, j’ai bien practiqué comment le faire avec elle).

Pour le déjeuner à midi, je mets la table et nous mangeons d’habitude le repas qui reste de la veille. S’il n’y a pas assez, je prépare des pâtes, du riz ou de la salade et normalement le père rentre du travail pour m’aider. Les parents ne m’ont jamais demandé de cuisiner quelque chose plus compliqué mais je sais que d’autres au pairs ont dû faire plus (cela concerne aussi le ménage).

Puisque nous sommes en vacances d’été, les enfants n’ont pas d’école. Cependant, après le déjeuner, je les encourage à faire une page ou deux de leurs cahiers de vacances. A leur âge ils font l’ortographe, les mathématiques de base, la lecture et l’ecriture. Parfois, quand je les aide à lire, je me trompe la prononciation ou je trouve un mot que je ne connais pas mais en général j’arrive à les aider et je dirais que les cahiers même m’ont appris aussi certaines choses sur la langue française !

Ensuite nous faisons d’autres activités comme de la pâte à modeler, du dessin ou du Lego. S’ils ont trop d’énergie, nous jouons dehors pour faire des activités sportives comme le foot ou le jeu de loup, ou je propose que nous allions à la piscine pendant une heure environ (on peut y aller à pied). Quoi que soit l’activité j’essaie d’intégrer la langue anglaise (quelque chose dont je vais parler dans un autre article).

Si les deux jouent en paix ensemble je leur laisse faire l’activité pendant un peu de temps pour lire, écrire sur mon blog ou avancer avec les préparation pour mon année étrangère en Espagne.

Vers 16 heures nous mangeons un goûter (un pain au lait, des biscuits, ou de la compote avec une boisson froide) pour nous reposer un petit peu, surtout si nous avons beaucoup joué dans le jardin.

Alors que la soirée commence doucement, nous faison des activités plus détendues. Les enfants aiment bien les jeus de cartes et les jeus de société, surtout ceux qui leur lancent des défis.

Normalement les parents rentrent à la maison pour le dîner et ils le preparent. Nous mangeons beaucoup de fruits et legumes (ils font pousser leurs propres dans le jardin) et bien sûr du pain (cliquez ici pour lire mes observations sur la culture de pain en France). La plupart du temps, nous mangeons de la salade, de la viande, du poisson, des pâtes, du riz ou du couscous. Les repas chez cette famille sont simples mais toujours très délicieux et bons pour la santé. Le goût est différent, cependant, de ce à quoi je suis habituée en Irlande du Nord et quelqu’un difficile sur la nourriture pourrait avoir du mal à trouver quelque chose qu’il aime. Il faut donc expliquer vos besoins alimentaires à votre famille au pair avant d’arriver mais être aussi ouvert à goûter de nouvelles choses.

Avant de manger le dîner à 19 heures, les enfants se douchent. D’habitude ils n’ont pas besoin d’aide mais de temps en temps ils me demandent s’ils veulent, par exemple, que je leur lave les cheveux. Le garçon aussi il a besoin de quelqu’un pour l’aider à s’essuyer dans les toilettes mais ils sont autonomes par ailleurs. Au début on peut se sentir gêné de savoir quoi faire à propose des tâches dans la salle de bain. Il faut donc que vous demandiez les parents quelles sont les attentes et les limites et si quelque chose vous met mal à l’aise, n’ayez pas peur de le dire. Le linge peut aussi être un thème gênant pour certains gens. Dans mon cas, la mère m’a dit que je peux laver mes vêtements avec les leurs ou séparément. Elle me laisse mettre mon propre linge dans la machine à laver et était très accommodante quand j’ai expliqué que je suis allergique au détergent parfumé.

Finalement à 20 heures les enfants se préparent à aller au lit : ils doivent aller aux toilettes, se laver les mains et se brosser les dents et je leur prépare les brosses à dents. Après ils choisissent une histoire et je la lis si leurs parents ne sont pas à la maison. Nous nous disons bonne nuit, je leur donne un câlin ou une bise s’ils en veulent et ils dorment toute la nuit. Ensuite, peut-être j’appelle mon petit ami, je parle à mes amis et à ma famille sur Internet ou je mets à jour mon blog et enfin je me couche aussi.

Dans mes autres articles de blog, il peut sembler que je fais beaucoup de choses incroyables. La réalité est que la plupart des jours, je fais exactement ce que j’ai mentionné ci-dessus. Cependant, bien que nous suivions une routine, aucun jour n’est identique. Quand on s’occupe des enfants curieux, je ne crois pas que cela soit possible.

Si vous êtes ou voulez devenir au pair, le conseil le plus important que je puisse donner est que vous parlez souvent avec votre famille au pair et vous lui demande beaucoup de questions avant d’arriver. Et si vous avez jamais un problème ou un soucis, il faut le soulever avec les parents. Comme cela, tout le monde peut profiter de l’expérience.

English Translation:

I would like to start this post by saying that the life of an au pair is no walk in the park. I didn’t think it would be easy, but I did perhaps underestimate the role I was undertaking. Children are tiring and demanding. Perhaps it was a shock for me because I was a quiet child. Then again, I have four sisters, so it couldn’t have been easy for my parents either.

However, I came here to gain experience with children, and I wouldn’t learn anything if it was easy. When we’re faced with a challenge, we have to adapt ourselves to overcome it; thus, we develop our skills and progress as a person.

There are many people who think about becoming an au pair but don’t know what that involves. I therefore decided to recount an example of a typical day with my French family to give an idea on the work, the responsibility and the lifestyle of an au pair. Of course, no day is the same: sometimes we go on day trips and we were on holiday in the south of France for two weeks. It’s also important to remember that every experience is different; families have their own routines and their own expectations for an au pair. Nevertheless, I hope to make the role seem less ambiguous for those who don’t know what to expect.

I’m staying with a family of four: a father, a mother, a seven-year-old daughter and a six-year-old son (whose sixth birthday we celebrated at the start of August). Out of respect for the family’s privacy, I will refer to them as such. They live in a relatively large house with a garden down a small lane in which all the neighbours belong to the same family and are very kind. As I explained in my post about the commune, Saint-Rémy-sur-Durolle, we are very much in the countryside but ten minutes on foot from the village centre where there’s a grocer’s, a bakery, etc. and 40 minutes away by car from the closest main city, Clermont-Ferrand.

Normally we wake up between 7 and 8 o’clock and straight away eat breakfast, which consists of pains au lait (milk rolls), Cracotte (a bit like Ryvita), biscottes (crispbread) and bread from the day before. They’re served with butter, homemade jam, honey or cocoa powder and we have a hot drink like coffee or tea or a cold drink such as milk, fruit juice or water.

After eating and tidying up the table, we get dressed and sometimes I help the young ones find an outfit or the girl asks me to do a plait for her. The parents normally work during the week so I’m alone with the children until the evening (I have time for myself some Wednesdays and the weekend, unless the family have planned for us to do something together). When we’re ready, I get the bikes out with the children and all three of us go to buy bread from the bakery. If they feel like it, we take a tour around the lake. Around this time twice a week, the cleaning lady, who is very kind and close with the family, arrives to do her work. Thanks to her, I don’t have to do a lot of housework and I therefore have more time to look after the children. At most, I tidy up the table after eating, I load and unload the dishwasher (or I wash the dishes), I help with the laundry and I tidy up the toys. Sometimes I also hoover the kitchen floor or change the bed sheets.

When we return, if it’s a nice day, we play in the garden. The boy loves playing in the sandpit and sometimes the girl pretends to run a shop or a restaurant and I’m a customer (if ever I feared ordering in a French restaurant, I’ve certainly practised how to do it with her).

For the lunch at midday, I lay the table and we normally eat the leftovers from the day before. If there isn’t enough, I make pasta, rice or salad and usually the father returns from work to help me. The parents have never asked me to cook something more complicated, but I know that other au pairs have had to do more (that goes for the cleaning too).

Since it’s the summer holidays, the children don’t have school. However, after lunch, I encourage them to do a page or two of their summer holiday workbooks. At their age they do spelling, basic maths, reading and handwriting. Sometimes, when I help them to read, I get the pronunciation wrong or I come across a word I don’t know. But in general, I’m able to help them and I would say that the workbooks have even taught me some things about the French language!

Afterwards, we do other activities like play-dough, drawing or Lego. If they have too much energy, we play outside to do some sporty activities like football or tag, or I suggest we go to the swimming pool for an hour or so (we can go there by foot). Whatever the activity may be, I try to involve the English language (something which I’m going to talk about in another article).

If the two are playing happily together, I leave them to their activity for a little while so that I can read, write on my blog or continue with the preparations for my year abroad in Spain.

Around 4 o’clock we have a snack (a pain au lait, biscuits, or some compote, with a cold drink) to have a bit of a rest, especially if we’ve been playing in the garden.

As the evening begins to draw in, we do some more relaxed activities. The children like playing card games and board games, especially if it challenges them.

Normally the parents return home for dinner and they prepare it. We eat a lot of fruit and vegetables (they grow their own in the garden) and, of course, bread (click here to read about my observations on the bread culture in France). Most of the time, we eat salad, meat, fish, pasta, rice or couscous. The meals with this family are simple but always very delicious and healthy. The taste is different, however, to what I’m used to in Northern Ireland and a picky eater might have trouble finding something they like. It’s therefore important that you explain your dietary requirements to your au pair family before arriving, but also try to be open to trying new things.

After eating dinner at 7 o’clock, the children shower. Usually they don’t need help but they’ll occasionally they’ll ask me, for example, to wash their hair. The boy also needs someone to help wipe him after going to the toilet but they’re otherwise independent. At the start you can feel awkward about knowing what to do regarding tasks in the bathroom. You must therefore ask the parents what the expectations and the limits are, and if something makes you feel uncomfortable, don’t be afraid to say it! Laundry can also be an embarrassing topic for some people. In my case, the mother told me I can either wash my clothes with theirs or separately. She lets me put my own laundry in the washing machine and was very accommodating when I explained that I’m allergic to scented detergent.

Finally, at 8 o’clock the children get ready for bed: they have to go to the toilet, wash their hands and brush their teeth and I prepare their toothbrushes for them. Afterwards, they choose a story and I read it if their parents aren’t home. We say goodnight, I give them a hug or a kiss if they want one and they sleep the night through. Then, I might call my boyfriend, talk to my friends and family online or I update my blog before finally going to bed myself.

In my blog posts it can seem that I’m doing all these amazing things. The reality is that most days, I do exactly what I mentioned above. However, although there is a routine, no day is the same. When you’re looking after curious children, I don’t think that’s possible.

If you are or want to become an au pair, the most important piece of advice I can give you is to speak with your au pair family often and ask them many questions before arriving. And if you ever have a problem or a concern, you should raise that with the parents. That way, everyone can enjoy the experience.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s