3 ‘Trucs’ I’ve Learnt About French Culture

English translation below.

Je ne suis ici que depuis dix jours et ma connaissance sur la culture français ont déjà beaucoup changé. On connaît tous des stéréotypes sur les Français : le beret, les cuisses de grenouilles, l’expression ‘oh là là’ (vous pouvez lire plus sur les expressions françaises que j’ai apprises ici). Bien que tous ces choses existent en France – ou ils aient éxisté dans le passé – , il est facile d’ignorer le fait que la vie quotidienne française est beaucoup plus que cela.

Il faut garder à l’ésprit que les éxperiences que je partage sont uniques à moi et qu’ils ne reflètent pas tous les familles en France. Chaque famille et chaque région sont différentes et quelqu’un d’autre pourrait avoir une expérience complètement différent que moi et donc être en désaccord avec mes observations.

Cela dit, je voudrais partager avec vous les trois aspects principaux que j’ai remarqués sur la culture française jusqu’à present pour pourvoir réflechir à ce qu’ils m’ont appris.

Ils ne parlent pas le français que j’ai appris

En français, il existe trois niveaux de langage, connus comme : le langage soutenu, le langage courant et le langage familier. Le premier utilise des mots compliqués et raffinés qui ne se trouve que dans les textes littéraires ou les documents officiels. Le langage courant est, bien sûr, la manière plus appropriée de parler en français et le langage familier se parle seulement avec des copains et la famille proche et il comprend parfois des gros mots, des vulgarités et des fautes.

Il faut savoir qu’à l’école et à l’université on apprend le langage courant et, surtout pendant les examens oraux, il faut qu’on s’éxprime correctement et professionnellement pour réussir. Ce que les professeurs n’expliquent pas c’est que pour presque chaque mot français il y a un mot familier équivalent et… c’est ce mot-là que les Français employent dans la conversation. Cela se produit naturellement dans toutes les langues, mais je l’ai remarqué plus souvent en français.

Ce que cela signifie est que, même si vous parlez très bien, vous aurez du à comprendre les Français parce que tout le monde utilise des mots et des expressions que vous n’avez jamais entendus (j’exagère mais c’est comme cela quelque fois, même pour la phrase la plus simple). Cela peut compliquer des choses pour quelqu’un qui apprend le francais car il doit identifier le type de langage et ne l’utiliser que dans le bon contexte, ce qui est presque impossible quand vous êtes entourés de gens qui parlent le langage familier tout le temps. Il est déjà difficile de savoir quand on doit tutoyer et vouvoyer.

Pour trouver un équilibre entre les langages, je lis des livres et des articles en français pour identifier la différence entre les mots que j’entends et ceux dans un texte. Néanmoins, la meilleure façon d’apprendre est simplement de faire des erreurs encore et encore jusqu’à ce que vous sachiez la différence.

Leur amour pour le pain n’est qu’une stéréotype

Bien que j’aie su que les Français aiment le pain, j’avais toujours pensé que c’était une stéréotype exagérée, alors qu’en effet ils mangent au moins une tranche de baguette avec chaque repas – y compris pour le dîner et dans les restaurants, en dépit du repas – , chaque jour, sans faute.

J’ai expliqué aux enfants dont je m’occupe qu’on n’a pas l’habitude de manger du pain avec chaque repas chez moi et la fille a répondu en toute innocence : «Mais qu’est-ce que tu utilises pour essuyer ton assiette ? » Les Français utilisent leur bout de pain non seulement pour essuyer leur assiette, mais aussi pour pousser de la nourriture sur sa fourchette (ce que je ferais d’habitude avec mon couteau). C’est une coutume que je commence à apprécier et je me demande si je vais conserver cette habitude quand je retounerai en Ireland du Nord.

Ils font la bise souvent… mais on se sent mieux accueilli

Au début, faire la bise m’inquiétait ; je suis timide et mal à l’aise en société. Je ne savais pas quand je devais faire la bise, à qui, combien de fois, quelle joue (pour ceux qui veulent savoir, dans cette région on fait une bise sur chaque jour et on commence à gauche).

Après d’avoir fait la bise quelques fois, la situation n’est pas encore assez gênante pour moi. En fait cela devient le contraire et je vais expliquer pourquoi. Cette semaine je suis allée à une fête d’anniversaire pour une fille de huit ans où j’avais peur d’être entourée de gens que je ne connaissais pas avec qui je devais parler en français.

Il y avait peut-être 20 personnes à la fête et j’ai dû faire la bise à tous (j’ai remarqué que les gens ne font qu’une avec les très jeunes enfants qui ne sont pas habitués à saluer des autres). Je ne plaisante pas, à un moment, il y avait une file d’attente pour faire la bise. Cependant je me suis rendu compte que je me sentais plus à l’aise de parler avec tous parce qu’ils m’ont tous saluée. Moi, je viens d’Angleterre où les gens sont typiquement plus froids. On se serre la main, se salue d’un signe de tête ou de main ou on s’ignore simplement. On est moins à l’aise de se toucher et je pense que cela se rend moins ouverts.

Je me trouve plus confiante et amicale avec de nouvelles connaissances et en général j’estime que faire la bise et plus poli qu’un signe de tête ; c’est plus personnel et montre que vous faites un effort. Je comprends maintenant pourquoi mon amie belge avait pensé que mes amis étaient impolis quand ils l’ont rencontrée.

En conclusion

Je crois qu’il y a toujours quelque chose que nous pouvons apprendre ou qui peut nous surprendre. La chose importante est que nous adoptons nos différences et rester ouvert à découvrir quelque chose de nouveau.

English Translation:

I’ve only been here ten days and already my knowledge on French culture has changed a lot. We all know stereotypes about the French: the beret, the frog’s legs, the expression oh là là (you can read more about the French expressions that I’ve learnt here). Although all these things exist in France – or have done in the past – it’s easy to not realise that French daily life is so much more than that.

You should bear in mind that the experiences I share are unique to me and don’t reflect all families in France. Each family and each region are different, and someone could have a completely different experience to me and would therefore disagree with my observations.

That said, I would like to share with you the three main aspects I’ve noticed about French culture thus far in order to be able to reflect on what they’ve taught me.

They don’t speak the French I learnt

In French there are three language levels known as: langage soutenu (formal), langage courant (everyday), and langage familier (colloquial). The first one uses refined, complicated words which are only found in literary texts and official documents. Langage courant is, of course, the most appropriate way of speaking in French and langage familier is only spoken with close family and friends and it includes swear words, crudity and errors.

At school and university, we learn langage courant and, especially during exams, we must express ourselves correctly and professionally in order to pass. What teachers don’t explain is that for almost every French word there is a familier (or slang) equivalent… and it’s this word that the French will use in conversation. Naturally this happens in every language, but I’ve noticed it more so in French.

What this means is that, even if you speak very well, you’ll struggle to understand what the French are saying because they use words and expressions that you’ve never heard before (I exaggerate but it feels like that sometimes, even for the most simple of sentences). This can complicate things for someone learning French because they have to identify the type of language and only use it in the right context, which is almost impossible when you’re surrounded by people who speak langage familier all the time. It’s already difficult enough trying to work out when to use tu and vous.

In order to find a balance between the formalities, I read books and articles in French to identify the difference between the words I hear and those I read in a text. Nevertheless, the best way to learn is just to make mistakes over and over again until you know the difference.

Their love for bread is not just a stereotype

Although I already knew that the French love bread, I had always thought it was an exaggerated stereotype, when in fact they eat at least one slice of baguette with each meal – including dinner time and in restaurants, regardless of the meal – every day, without fail.

I explained to the children I’m looking after that it’s not usual for me to eat bread with every meal at home, to which the daughter replied very innocently, “But then what do you use to wipe up your plate with?” The French use their piece of bread not only to wipe their plate, but also to push food on their fork (which I would normally do with my knife). It’s a custom that I’m beginning to enjoy, and I wonder if it’s one that I’ll keep when I return to Northern Ireland.

They do kiss often… but it makes you feel more welcomed

At the start, kissing on the cheek worried me; I’m shy and awkward in social situations. I didn’t know when I had to kiss people, which people to kiss, how many times, which check to start on (for those who want to know, in this region it’s one kiss on each cheek, starting on the left).

Having done a few kisses now, the situation isn’t as awkward for me. In fact, it’s becoming the opposite and I’ll explain why. This week I went to a children’s birthday party where I was afraid to be surrounded by people that I didn’t know and would have to speak with in French.

There were perhaps 20 people at the celebration, and I had to kiss all of them (I’ve also noticed that adults give just one kiss to very young children who aren’t used to greeting others). I’m not kidding, at one point, there was a queue for kissing people. However, I realised afterwards that I felt more at ease to speak with everyone because they had all greeted me. I come from England where people are typically colder. We shake hands, nod our head, wave a hand or just ignore people completely. We’re less comfortable with touching each other and I think that makes us less open.

I find myself more confident and friendly with new acquaintances and in general I feel that greeting people with a kiss is more polite than just nodding your head; it’s more personal and shows that you’re making an effort. I now understand why my Belgian friend had thought that my friends were being rude when they met her.

In conclusion

I think there’s always something that can surprise us or that we can learn from. The most important thing is that we embrace our differences and remain open to discovering something new.

One thought on “3 ‘Trucs’ I’ve Learnt About French Culture

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s