Clermont-Ferrand

English translation below.

Après d’avoir passé quelque temps dans les villages, j’ai décidé de visiter Clermont-Ferrand qui est la grande ville la plus proche de Saint-Rémy. Le bus qui part de Saint-Rémy pres de l’église à Clermont-Ferrand traverse aussi Thiers, dont j’ai parlé dans un autre post de blog. Vous pouvez trouver les horaires ici. Un trajet côute trois euros si vous allez au prochain arrêt ou direct à Clermont-Ferrand.

Les bus que j’ai pris étaient plutôt comme les cars qu’on utilise en Irlande du Nord et j’ai vite découvert qu’il n’y a pas beaucoup de boutons pour arrêter le bus. N’ayez pas peur de demander au chauffeur de s’arrêter (‘stop s’il vous plaît’ suffira) ; quand j’étais dans le bus pour retourner, j’ai voulu descendre à un arrêt plus tôt que j’ai demandé. J’ai appuyé le bouton pour arrêter le bus mais il n’a pas fait de son et le chauffeur ne s’est pas arrêté. C’était la première fois que cela m’est arrivé et je n’ai pas eu le courage de dire stop. Heureusement il n’était pas nécessaire que je sois descendue là.

Notre-Dame de l’Assomption est une cathédrale gothique à Clermont-Ferrand, construite de la pierre de Volvic, comme des parties de l’église à Saint-Rémy, qui lui donne une couleur sombre. L’influence parisienne est évidente dans l’architecture et mes photos ne rendent pas justice à cette cathedrale ancienne, entourée d’une vie moderne et occupée.

Quand j’y suis arrivée, j’étais la seule personne là et j’ai pensé que je m’étais trompée sur l’endroit. La cathédrale Notre-Dame de Paris, par contre, voit plein de touristes tous les jours et quand je l’ai visitée, il était difficile d’apprécier le bâtiment à sa juste valeur parce qu’il y avait trop de personnes qui prenaient des photos.

Puisqu’il était si tranquille à Clermont-Ferrand, je pouvais prendre mon temps pour me promener dans la cathédrale (et aussi pour voir la basilique Notre-Dame-du-Port dont la photo se trouve ci-dessous) et il était rafraîchissant de vivre une telle expérience touristique calme.

Ensuite, je suis allée à la place de Jaude qui est la place principale à Clermont-Ferrand. L’origine du nom ancien ‘Jaude’ est encore imprécis mais j’étais contente de me promener simplement d’un bout à l’autre de la place en tranquilité. On peut trouver là-bas la statue équestre de Vercingétorix, œuvre du sculpteur Frédéric Auguste Bartholdi qui est mieux connu pour la statue de la Liberté.

Depuis mon arrivée en France, je voulais trouver une libraire. Pendant que je cherchais un restaurant pour manger, je suis tombée sur la libraire Les Volcans. En plus de tous les genres de livres vendus (des livres pour enfants et des bandes dessinées aux classiques français et aux romans étrangers), il y avait des fournitures de bureau, des sacs à main et des jouets. J’ai passé peut-être une heure dedans, regardant tous les livres, impressionée, que je n’avais jamais pu trouver dans les librairies de chez moi.

Là j’ai acheté ma première bande dessinée française : La Quête d’Ewilan. Ayant lu la série originale, j’étais enthousiaste d’entendre qu’il y avait aussi des bandes dessinées de l’histoire. J’ai achéte aussi deux livres de Maupassant – un écrivain français très connu du 19ème siècle que j’ai découvert à travers mes études – avec lesquels j’espère d’enrichir ma connaissance de la littérature française.

Normalement je vérifie les avis d’un restaurant avant de manger là. Quand j’ai trouvé ‘Le Derrière’ j’avais tellement de faim que j’ai décidé de m’asseoir en dépit des avis. Heureusement, ma salade cabrette (des crêpes pliées fourées au fromage de chevre fondu, servies avec des lardons, des tomates, de la salade et du pain) était délicieuse.

Après mon déjeuner j’ai visité le musée Bargoin (qui offre un département d’archéologie et un d’arts textiles) et le muséum d’histoire naturelle Henri-Lecoq, que j’ai trouvé plus intéressant en raison de la variété des expositions. Si vous êtes étudiant, l’entrée aux deux musées est gratuite et ceux qui habitent en dehors de la France ne sont pas obligés de donner leur code postal (il faut juste dire votre pays d’origine).

Mais ce qui m’intéresse le plus est la nature. J’ai voulu aller au Parc Montjuzet pour avoir une vue panoramique de la ville mais il faisait très chaud ce jour-là et c’était trop loin pour marcher dans la chaleur. Cependant, à côté des musées dont j’ai mentionné se trouve le jardin Lecoq. C’est l’endroit parfait pour pique-niquer, se balader ou lire sous un arbre ; il y a plein de belles fleurs et j’aurais été contente de passer tout l’après-midi là.

Je dirais qu’il y en a pour tous les goûts à Clermont-Ferrand et, étant donné que c’est une ville étudiante, on m’a dit que la ville s’anime la nuit, une expérience que j’espère vivre une autre fois.

English Translation:

­­Having spent some time in the village areas, I decided to visit Clermont-Ferrand which is the closest main city to Saint-Rémy. The bus which leaves just outside the church in Saint-Rémy also passes through Thiers, which I wrote about in another blog post. You can find the bus timetable here. One journey costs three euros whether you go to the next stop or straight to Clermont-Ferrand.

The buses I took were more like the coaches we use in Northern Ireland and I soon discovered that there aren’t many buttons to stop the bus. Don’t be afraid to ask the drive to stop (‘stop s’il vous plaît’ will suffice); when I was on the bus coming back, I wanted to get off at an earlier stop to the one I’d originally asked for. Yet when I pressed the button to stop the bus, it didn’t make a noise and the driver didn’t stop. That was the first time for that to happen to me and I wasn’t brave enough to speak up. Luckily, it wasn’t necessary that I got off there.

Our Lady of the Assumption of Clermont-Ferrand is a gothic cathedral, built from Volvic rock, much like parts of the church in Saint-Rémy, which is what gives it a dark colour. The Parisian influence is evident in the architecture and my photos don’t do justice to this ancient cathedral which is surrounded by busy, modern life.

When I arrived, I was the only person there and I thought I had got the location wrong. The Notre-Dame Cathedral in Paris, by contrast, sees many tourists every day and I when I visited it, it was difficult to appreciate the building due to all the people taking photos.

As it was so peaceful in Clermont-Ferrand, I could take my time to walk around the cathedral (and also to see the Basilica of Notre-Dame du Port of which you’ll find the photo above) and it was refreshing to have such a calm, touristic experience.

Next, I went to Jaude Square which is the main city square in Clermont-Ferrand. The origins of the ancient name ‘Jaude’ is still ambiguous but I was content simply walking from one end of the square to the other. There you can find the Stature of Vercingetorix, a work by sculptor Frédéric Auguste Bartholdi who is best known for the Statue of Liberty.

Since arriving in France, I’d been wanting to find a bookshop. While I was looking for a restaurant to eat in, I stumbled across Les Volcans bookstore. In addition to all the book genres they sold there (from children’s books and comic books to French classics and foreign novels) there was also stationery, handbags and games. I spent perhaps an hour inside, amazed by all the books which I’d never been able to find in bookstores back home.

There I bought my first French comic book: Ewilan’s Quest. Having read the original series, I was excited to hear that there were comic books of the story. I also bought two books by Maupassant – a well-known French writer from the 19th century who I discovered during my studies – with which I hope to enrich my knowledge of French literature.

Normally I check the reviews of a restaurant before eating there. When I found ‘Le Derrière’, I was so hungry that I decided to sit myself down regardless of the reviews. Thankfully, my cabrette salad (folded crepes filled with melted goat’s cheese, served with bacon lardons, tomatoes, lettuce and bread) was delicious.

After my lunch I visited the Bargoin museum (which offers an archaeology department and an art textiles one) and the Henri-Lecoq Natural History Museum, which I found more interesting due to the variety of exhibitions. If you’re a student, entrance to the museums is free and those who live outside of France don’t have to give their post code (you just need to say what country you’re from).

What interests me the most, however, is nature. I wanted to go to the Montjuzet Park to have a panoramic view of the city, but it was very hot that day and it was too far to walk to in the heat. Nevertheless, next to the museums I mentioned is the Lecoq Garden. It’s the perfect place to have a picknick, go for a stroll or read under a tree; there are loads of beautiful flowers and I would have been content to spend all afternoon there.

I would say that there’s something for everyone at Clermont-Ferrand and, considering it’s a student city, I’ve been told that the city comes alive at night, an experience which I hope to witness another time.

One thought on “Clermont-Ferrand

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s